FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS

FORUM DE L'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES
A.A.M.M.

Les bons conseils ne remplaceront jamais un Médecin
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Électromyogramme (EMG) : définition, fonctionnement et risques de cet examen neurologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7999
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Électromyogramme (EMG) : définition, fonctionnement et risques de cet examen neurologique   Mer 29 Mar 2017 - 13:41

http://www.maxisciences.com/emg/electromyogramme-emg-definition-fonctionnement-et-risques-de-cet-examen-neurologique_art39336.html



Électromyogramme (EMG) : définition, fonctionnement et risques de cet examen neurologique



L'électromyogramme (EMG) est un examen qui consiste à étudier l'activité électrique des nerfs et des muscles. Parfois appelé électromyographie, il est indiqué en neurologie pour détecter d'éventuelles anomalies ou pathologies d'origine nerveuse ou musculaire. Qu'est-ce qu'un électromyogramme et quand est-il indiqué ? FacebookTwitterPinterest Partager sur Facebook L'électromyogramme est un des examens médicaux de référence en neurologie. Il est réalisé à l'aide d'un électromyographe. Cet appareil a pour fonction d'envoyer des stimulations électriques aux muscles afin d'observer leur réaction. Le neurologue peut ainsi étudier la capacité du muscle à se contracter, ainsi que la qualité des conductions nerveuses qui envoient les signaux vers le muscle. Cet examen médical est indiqué chez les personnes qui souffrent d'une perte de tonus musculaire, de douleurs musculaires (myalgies) ou d'une affection musculaire (myasthénie). Il permet de mettre en évidence des lésions nerveuses ou une neuropathie, notamment après un accident grave ou si le patient ressent des paresthésies (picotements, fourmillements, membres engourdis). L'électromyogramme sert également à suivre l'évolution d'une maladie du système nerveux périphérique comme le syndrome de Guillain-Barré. Comment se déroule un électromyogramme ? Cet examen est généralement réalisé par un neurologue, parfois par un rhumatologue. On distingue l'électromyogramme de détection et l'électromyogramme de surface. L'électromyogramme de détection sert à étudier la contraction des muscles. Le patient est assis ou allongé sur le dos. Une aiguille réceptrice d'ondes électriques est introduite dans un muscle de la jambe. Le muscle est étudié au repos et contracté. La durée de l'examen, qui oscille généralement entre 30 minutes et 1 heure, dépend du nombre de muscles étudiés. Contrairement à l'électromyogramme de détection, l'électromyogramme de surface est un examen non invasif, car aucune aiguille n'est utilisée. Le neurologue place des électrodes sur la peau qui envoient des stimulations électriques au(x) muscle(s). Les réactions du ou des muscles étudiés sont enregistrées sur un écran. Les informations sont recueillies sous forme de graphique avec plusieurs ondes visibles. Chaque onde représente un groupe de muscles reliés à la même fibre nerveuse. Le tracé est parfois imprimé sur papier. Quels sont les risques et les effets indésirables de l'électromyogramme ? L'électromyogramme est un examen sans risque. La sensation ressentie lorsque les aiguilles sont introduites dans les muscles est parfois désagréable et peut entraîner des vertiges chez les personnes sensibles aux piqûres. Un petit saignement ou un hématome est quelquefois observé à l'endroit où l'aiguille a été insérée, en particulier chez les personnes qui prennent des anticoagulants. L'électromyogramme de détection est par conséquent contre-indiqué chez les personnes atteintes de troubles de la coagulation ou qui suivent un traitement à base de coagulants. Publié par Guilhem Denis, le 29 mars 2017

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/emg/electromyogramme-emg-definition-fonctionnement-et-risques-de-cet-examen-neurologique_art39336.html

Copyright © Gentside Découverte

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7999
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Myasthénie : oculaire, auto immune, symptômes, de quoi s'agit-il ?    Mer 29 Mar 2017 - 13:46

http://www.maxisciences.com/myasthenie/myasthenie-oculaire-auto-immune-symptomes-de-quoi-s-039-agit-il_art37000.html

Myasthénie : oculaire, auto immune, symptômes, de quoi s'agit-il ?


La myasthénie acquise est une maladie auto immune de la jonction neuromusculaire. Quels sont ses symptômes et quel est son traitement ? Définition : qu'est ce que la myasthénie ? FacebookTwitterPinterest Partager sur Facebook La myasthénie acquise est une maladie auto immune de la jonction neuromusculaire. Elle est caractérisée par une fatigabilité et une faiblesse musculaire. Rare, elle touche environ 5 personnes sur 100.000. La myasthénie peut survenir à n'importe quel âge mais atteint essentiellement les personnes âgées de plus de 50 ans et légèrement plus les femmes que les hommes. Symptômes de la myasthénie Le principal signe clinique spécifique de la myasthénie est une faiblesse musculaire. Elle augmente considérablement pendant la durée de l'effort et la répétition du mouvement. Un long repos est ensuite nécessaire pour un retour à la normale. Cette fatigabilité musculaire peut concerner de nombreux muscles, notamment au niveau du visage : paupières, joues, palais, muscles de la mastication ou de la déglutition. La myasthénie peut entraîner diverses complications comme des troubles de la déglutition ou des troubles sérieux de respiration. Types de myasthénie On distingue différentes formes de myasthénies en fonction du ou des muscles touchés par la maladie. - Myasthénie oculaire : La maladie touche ici les muscles des yeux. Elle peut se manifester par des troubles oculaires (vision double, abaissement de la paupière supérieure). - Myasthénie bulbaire : Elle concerne les muscles de la gorge ou du visage et peut entraîner des fausses routes alimentaires. - Myasthénie généralisée : Cette forme touche tous les muscles du corps, notamment au niveau des épaules, des hanches ou du cou. Elle se traduit le plus souvent par une difficulté à rester debout longtemps ou à lever les bras. Causes de la myasthénie Comme toute maladie auto immune, la myasthénie est due à un dérèglement du système immunitaire contre son propre organisme. La réaction auto immune est dirigée contre les constituants de la jonction neuromusculaire, la plaque motrice entre le nerf et le muscle. Des anticorps anormaux s'attaquent aux récepteurs de l’acétylcholine, un neurotransmetteur chargé de communiquer l'influx nerveux aux muscles et de déclencher la contraction musculaire. La dégradation des récepteurs empêche la propagation de cet influx nerveux. C'est ce qui provoque un épuisement rapide des muscles. Les causes précises de cette réaction auto immune sont encore méconnues. Cependant un lien a été détecté avec le thymus, un organe lymphoïde situé devant la trachée, derrière le sternum qui participe à la maturation des cellules immunitaires. En effet, des recherches ont montré que dans plus de 3/4 des cas de myasthénie, le thymus est anormal. Il est soit sur-développé, soit atteint d'une tumeur (thymome). Traitement de la myasthénie La myasthénie connait une évolution variable selon les individus. Cependant un traitement médicamenteux, associé à une surveillance régulière, permet à la plupart des personnes atteintes de vivre quasi normalement. Le but de la prise en charge de la myasthénie est dans un premier temps d'améliorer le fonctionnement de la jonction neuromusculaire à l'aide d'anti-cholinestérasiques. Ensuite des corticoïdes et des immunomodulateurs vont permettre de limiter la réaction auto immune. En cas de myasthénie due à un problème de thymus, son ablation chirurgicale, appelée thymectomie, peut être indispensable. Il arrive également dans certains cas (environ 15%) que la myasthénie s'arrête d'elle-même. Publié par Guilhem Denis, le 19 janvier 2016

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/myasthenie/myasthenie-oculaire-auto-immune-symptomes-de-quoi-s-039-agit-il_art37000.html
Copyright © Gentside Découverte

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7999
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Un neurone géant découvert autour du cerveau, l'origine de la conscience ?    Mer 29 Mar 2017 - 13:51

Un neurone géant découvert autour du cerveau, l'origine de la conscience ?



Les personnes créatives auraient un cerveau mieux connecté  


Code d'export responsive Code d'export fixe FacebookTwitterPinterest Partager sur Facebook Pour la première fois, des scientifiques ont mis en évidence trois "neurones géants" dont un enroulé autour du cerveau d'une souris. Ce neurone serait issu d'une zone très particulière du cerveau et pourrait expliquer les origines de la conscience. Le cerveau est un organe essentiel de notre corps qui régule toutes nos fonctions vitales. Mais il reste largement méconnu notamment à cause de sa grande complexité. Une complexité qui lui permet de garder encore des secrets étonnants. Pour preuve, la découverte que des scientifiques américains ont annoncé le 15 février à la conférence du Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies Initiative.  En étudiant le cerveau de souris, ces chercheurs ont découvert l'existence de neurones inconnus et présentant des caractéristiques très particulières. Au nombre de trois, ces neurones s'étendraient à travers les deux hémisphères cérébraux voire autour de l'ensemble du cerveau. Une méthode innovante Tracer toutes les branches d'un neurone en utilisant les techniques conventionnelles est une tâche difficile. Pour y parvenir, les chercheurs du Allen Institute for Brain Science ont ainsi utilisé une méthode innovante : elle consiste à injecter un traceur dans des cellules cérébrales individuelles, couper le cerveau en fines sections puis tracer le parcours du neurone coloré à la main.  Ceci permet non seulement d'être moins invasif mais aussi de suivre le neurone à travers l'organe entier. Pour ces travaux, l'équipe a donné naissance à une lignée de souris génétiquement modifiées chez qui certains gènes présents dans les neurones du claustrum, une zone cérébrale précise, étaient activés par une substance spécifique.    En administrant de petites doses de la substance en question aux souris, ces dernières se sont ainsi mises à produire une fluorescence verte qui s'est répandue à travers certains neurones. Les scientifiques ont ensuite capturé des milliers d'images du cerveau des rongeurs et utilisé un programme informatique pour créer une reconstruction en 3D des cellules fluorescentes.  Une "couronne d'épines" autour du cerveau C'est grâce à ce modèle en 3D que les trois neurones ont été identifiés. D'après la description faite par Christof Koch qui a dirigé les recherches, les trois cellules nerveuses traverseraient les deux hémisphères cérébraux. Mais c'est l'une d'entre elles en particulier qui a attiré l'attention puisque celle-ci semble enrouler l'ensemble du cerveau, comme une "couronne d'épines". Le neuroscientifique a précisé pour Nature que c'est la première fois que l'on découvre des neurones s'étendant aussi loin et dans les deux hémisphères du cerveau. L'autre point important est l'origine de ces neurones : le claustrum. Il s'agit d'une fine couche de matière grise que certains considèrent comme l'une des structures cérébrales les plus connectées. Malgré sa petite taille, cette région entretient en effet des connexions étroites avec plusieurs structures du cortex qui remplissent des fonctions cognitives importantes comme le langage ou les perceptions sensorielles. Plus fascinant, certains chercheurs dont Christof Koch pense que le claustrum jouerait ainsi un rôle majeur dans l'apparition de la conscience.  L'origine de la conscience ? "Des techniques d'imagerie cérébrale avancées qui observent les fibres de matière blanche circulant vers et émanant du claustrum révèlent que c'est une "Grande gare centrale" neurale", écrivait en 2014, le neuroscientifique pour Scientific American. "Quasiment toutes les régions du cortex envoient des fibres au claustrum". Cette même année, une étude menée sur une femme épileptique avait permis de constater que stimuler son claustrum à l'aide d'une électrode avait le pouvoir d'éteindre et de rallumer sa conscience. Les neurones découverts au niveau du claustrum pourraient-ils donc être impliqués dans le processus de conscience de soi ? C'est ce que suggèrent Christof Koch et ses collègues. Ils pensent que ces neurones pourraient servir à connecter toutes les perceptions externes et internes en une "expérience unique et unifiée", un peu comme un chef d'orchestre synchronise tous ses musiciens. Une unification qui permettrait au cerveau de donner naissance à la conscience. Toutefois, cette hypothèse reste à vérifier. Des recherches à poursuivre  Il est en effet important de rappeler que ces travaux n'ont été menés que sur des souris et qu'ils n'ont pas encore été publiés dans une revue scientifique comme le veut la procédure. Par ailleurs, le fait que ces neurones géants soient issus du claustrum ne signifie pas que l'hypothèse de Koch sur la conscience est correcte.    Le claustrum reste une région cérébrale énigmatique qui recèle encore de nombreux secrets. Pour les percer, Koch et ses collègues entendent poursuivre leur cartographie des neurones qui en émanent, afin de découvrir notamment si toutes ces cellules nerveuses s'étendent à travers l'ensemble du cerveau ou si certaines sont uniques et reliées à une zone précise. Publié par Émeline Ferard, le 08 mars 2017

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/neurone/des-chercheurs-decouvrent-un-neurone-geant-autour-du-cerveau-l-039-origine-de-la-conscience_art39275.html

Copyright © Gentside Découverte

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum


Dernière édition par My Ahmed le Mer 29 Mar 2017 - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7999
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Syndrome de Guillain-Barré : définition, symptômes, traitement, de quoi s'agit-il ?   Mer 29 Mar 2017 - 13:58

Syndrome de Guillain-Barré : définition, symptômes, traitement, de quoi s'agit-il ?





Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune caractérisé par une faiblesse musculaire voire une paralysie des membres.

Définition : qu'est ce que le syndrome de Guillain-Barré ?




Le syndrome de Guillain-Barré est une atteinte des nerfs périphériques, les canaux transmettant les informations du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) vers les muscles et les organes. Il se traduit par une faiblesse musculaire ou une paralysie progressive partant le plus souvent des jambes. Il s'agit d'un phénomène transitoire durant généralement entre six mois et un an. Le syndrome de Guillain-Barré est également appelé polyradiculonévrite aiguë inflammatoire. Il fait souvent suite à une infection virale ou bactérienne.  Symptômes du syndrome de Guillain-Barré Les symptômes du syndrome de Guillain-Barré apparaissent de façon brutale et sont d'intensité variable selon les cas. Ils évoluent en trois phases distinctes.  - Phase d'extension : Les premiers signes à se déclarer sont des fourmillements ou des picotements au niveau des pieds et des mains. S'en suit une faiblesse musculaire pouvant aller jusqu'à la paralysie. Elle part le plus souvent des jambes (ou des pieds) puis remonte progressivement le long du corps, entraînant une paralysie respiratoire, faciale ou des muscles de la déglutition.  Cette phase s'étale sur une durée d'une semaine à un mois et peut nécessiter une prise en charge en urgence en cas de blocage respiratoire ou de déglutition.  - Phase de plateau : Les symptômes du syndrome de Guillain-Barré se stabilisent. Cependant, on peut constater certaines manifestations comme de l'hypertension, de l'hypotension, de la tachycardie ou des complications comme l'apparition d'escarres, de caillots de sang (phlébite) ou d'infections urinaires. La durée de cette deuxième phase est très variable, pouvant aller de quelques jours à plusieurs mois. - Phase de récupération : Il s'agit de la dernière phase du syndrome de Guillain-Barré, pendant laquelle les symptômes régressent petit à petit. Elle dure sur plusieurs mois.  Causes du syndrome de Guillain-Barré Les nerfs périphériques sont constitués de fibres nerveuses qui sont entourées d'une gaine isolante appelée myéline. C'est elle qui permet une bonne circulation de l'information nerveuse. Or, dans le cas du syndrome de Guillain-Barré, cette myéline est détériorée ou carrément détruite. C'est ce qu'on appelle la démyélinisation.  Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune. C'est-à-dire que c'est le système immunitaire qui se retourne contre l'organisme. Des anticorps nocifs sont produits et vont s'attaquer à la myéline. La raison de ce dérèglement n'est pas connue. On sait cependant qu'il fait souvent suite à une infection virale ou bactérienne, type angine, grippe ou plus récemment, fièvre Zika. Traitement du syndrome de Guillain-Barré Le syndrome de Guillain-Barré doit être traité le plus rapidement possible afin d'éviter une trop grosse détérioration des liaisons nerveuses. Il existe deux traitements principaux en fonction de la sévérité de la maladie : soit par injections d'immunoglobines intraveineuses (des anticorps sains qui vont détruire les anticorps nocifs), soit par plasmaphérèse, une technique consistant à remplacer le plasma sanguin par du plasma sain.  En cas de paralysie respiratoire, une assistance respiratoire par ventilation assistée est indispensable. De la même façon, en cas de trouble grave de déglutition, les patients sont nourris à l'aide d'une sonde gastrique.  Une fois le syndrome de Guillain-Barré guéri, il laisse rarement de séquelles. Le taux de rechute est également très faible. Publié par Guilhem Denis, le 19 mai 2016

En savoir plus :


http://www.maxisciences.com/syndrome-de-guillain-barre/syndrome-de-guillain-barre-definition-symptomes-traitement-de-quoi-s-039-agit-il_art37901.html
Copyright © Gentside Découverte

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum


Dernière édition par My Ahmed le Mer 29 Mar 2017 - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7999
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: le claustrum   Mer 29 Mar 2017 - 13:59

https://www.wikiwand.com/fr/Claustrum

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
Henri
Sitemestre technicien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3063
Age : 66
Quelle est ta Maladie ? : Cancer Médullaire
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Électromyogramme (EMG) : définition, fonctionnement et risques de cet examen neurologique   Mer 29 Mar 2017 - 22:30



Mon épouse avait subi un certain nombre de fois des électromyogrammes des membres supérieurs et inférieurs.
Examens effectués par un neurologue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://voix-brisee.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Électromyogramme (EMG) : définition, fonctionnement et risques de cet examen neurologique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Électromyogramme (EMG) : définition, fonctionnement et risques de cet examen neurologique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouble psychotique bref - Définition - DSM-IV
» Définition et rôle du Héraut
» Définition Espece invasive
» Définition
» EDT calculé pour mimiser les risques de grèves ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS  :: DES AMIS FACE À LA MYASTHÉNIE-
Sauter vers: