FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS

FORUM DE L'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES
A.A.M.M.

Les bons conseils ne remplaceront jamais un Médecin
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  Recrudescence des maladies hivernales , la prévention est le maître mot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7748
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Recrudescence des maladies hivernales , la prévention est le maître mot   Lun 17 Nov 2014 - 21:59

Recrudescence des maladies hivernales
La prévention est le maître mot
Écrit par Ouardirhi Abdelaziz


L’hiver s’installe doucement, mais surement, le thermomètre descend, il fait plus froid, la pluie est de retour, le vent est de la partie, la neige est tombée sur les sommets, tout cela pour dire que l’hiver s’annonce de la plus belle manière qui soit. Il est vrai que l’hiver a son charme, ses particularités, mais l'hiver est une saison propice aux multiples maladies infectieuses virales, qui touchent un très grand nombre de nos concitoyens des deux sexes et de tous les âges. Ces affections sont généralement provoquées par de nombreux virus qui se multiplient et se propagent facilement d'une personne à l'autre.
La meilleure parade contre ces maladies du froid reste la prévention.

La liste des maladies hivernales est longue, celles qui concernent les adultes représentent un motif fréquent de consultations médicales chez le généraliste, il y a en premier lieu la grippe, mais aussi les bronchites, les rhinopharyngites, les sinusites, les angines... Les bébés et les jeunes enfants sont beaucoup plus concernés par les bronchiolites, les rhinopharyngites, les angines, les otites, qui sont un motif important des consultations chez les pédiatres

Ce sont là quelques maladies dont les parents se passeraient bien surtout quand se sont les tous petits qui sont concernés. Malgré toutes les précautions que peuvent prendre les parents pour mettre leurs enfants à l'abri quand il fait froid, il est difficile d'échapper aux maux de l'hiver.

La grippe saisonnière

Au Maroc, les épidémies de grippe surviennent chaque année au cours de l'automne et de l'hiver en raison de la grande contagiosité de cette infection virale. Souvent considérée comme bénigne, la grippe peut cependant entraîner des complications graves chez les personnes fragiles.

Une maladie virale

D’origine virale, la grippe saisonnière est une infection respiratoire aiguë très contagieuse.

Au Maroc, depuis plusieurs années, cette maladie revient chaque automne et dure jusqu’au printemps. Le virus de la grippe appartient à la famille des virus influenzae. Il en existe trois types, comprenant chacun plusieurs souches. Le type A est le plus dangereux car il peut se modifier de façon importante et radicale. Il engendre, trois ou quatre fois par siècle, une épidémie mondiale ou pandémie. Le type B est le plus fréquent. Il est responsable d’épidémies. Le type C provoque des symptômes proches du rhume. Il n’est pas source d’épidémie.

Les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes d’une année sur l’autre. C’est pourquoi il faut renouveler le vaccin annuellement. Les symptômes de la grippe.

La grippe saisonnière se manifeste par un début souvent brutal, avec une forte fièvre (autour de 39°), une fatigue intense (asthénie), des douleurs musculaires (courbatures) et articulaires diffuses, des maux de tête (céphalées), une toux sèche.

La bronchite

La bronchite se caractérise par une toux grasse, accompagnée de crachats. Chez l'enfant, elle est souvent la conséquence d'un rhume mal soigné. On parle alors de rhino-bronchite descendante. Chez l'adulte, il peut tout à fait s'agir d'une pathologie primaire, c'est-à-dire qui ne soit pas la conséquence d'une autre maladie. Il peut en outre être frappé par des bronchites chroniques, généralement lorsqu'il y a une fragilisation bronchique (tabagisme, allergie, asthme...).

L'angine

L’angine est un grand classique de l'hiver. Elle est le plus souvent virale, mais peut aussi être bactérienne. L'angine est une inflammation d'origine infectieuse des amygdales, voire de l'ensemble de l'oropharynx, se caractérisant par une gorge irritée. Les manifestations de l'angine sont la fatigue, le mal à la gorge (douleurs lors de la déglutition), fièvre comprise entre 38 et 40°C, gorge enflammée, mal à la tête, présence de ganglions dans le cou, vomissements parfois...

Cette maladie fréquente chez l'enfant et l'adolescent peut avoir diverses origines. Elle est très courante, en particulier chez l'enfant de 5 à 15 ans et, le plus souvent, d'origine virale.

Le traitement des angines permet de soulager les symptômes liés à l'infection des amygdales et du pharynx (douleurs à la déglutition, fièvre...) et d'autre part de prévenir les complications que peuvent entraîner les angines d'origine bactérienne. De ce fait, la prise en charge sera tout à fait différente selon que l'angine est due à une infection virale (le cas le plus fréquent) ou à une infection bactérienne (par le streptocoque bêta-hémolytique du groupe A, cause habituelle des angines bactériennes). Dans le premier cas, un traitement symptomatique suffit. Dans le second, des antibiotiques sont nécessaires, mais c'est uniquement au médecin de décider, ne vous aventurez pas a décider de ce que votre enfant doit prendre comme traitement, l'automédication peut s'avérer dangereuse.

La bronchiolite

La bronchiolite est une maladie virale du jeune enfant, qui touche principalement les enfants avant l’âge de 2 ans. La bronchiolite se manifeste le plus fréquemment sous forme d’épidémie saisonnière. Elle débute par une rhinite ou rhinopharyngite banale qui précède de 2 à 3 jours l’apparition d’une toux sèche, quinteuse, avec polypnée, signes de lutte et wheezing (sifflement). L’importance des signes de lutte et de la polypnée, ainsi que la tolérance des symptômes (sur le plan digestif et respiratoire) sont des indices de gravité. L’examen de l’enfant doit être réalisé par un médecin.

Dans la très grande majorité des cas, la bronchiolite évolue vers la guérison en quelques jours spontanément ou plus souvent avec l’aide d’une kinésithérapie. Il est très important d’assurer une bonne hydratation des nourrissons pour faciliter la fluidité des sécrétions. Les antibiotiques ne sont pas indiqués dans un premier temps (la bronchiolite est d’origine virale). L’antibiothérapie peut être envisagée secondairement en cas de surinfection. Quoiqu’il en soit, l’état respiratoire des enfants doit être surveillé : toute aggravation nécessite une consultation. Dans de rares cas, la bronchiolite impose l’hospitalisation, afin de pouvoir surveiller la fonction respiratoire et, éventuellement, de mettre en œuvre des mesures de réanimation.

Les signes de la bronchiolite sont faciles à reconnaître : tout commence par un rhume, puis, quatre ou cinq jours plus tard, l'infection "tombe" sur les voies aériennes inférieures. Le bébé tousse (une toux sèche), il a du mal à respirer, il ronfle et, lorsqu'il expire l'air contenu dans ses poumons, il siffle. Mais pas toujours. En effet, chez un nourrisson, une bronchiolite grave peut rester silencieuse! Il a souvent des diarrhées et des vomissements et une fièvre modérée (pas plus de 38°). La maladie guérit, dans neuf cas sur dix, en huit jours et sans complications, il faut agir dès le début de la maladie et consulter son pédiatre.

La prévention de cette maladie repose sur les mesures d’hygiène : lavage des mains de toute personne qui approche le nourrisson, aération de la chambre, éviter le contact avec les personnes enrhumées et les lieux enfumés, nettoyage régulier des objets avec lesquels le nourrisson est en contact (jeux, tétines...).

La rhinopharyngite

La rhinopharyngite peut être de source bactérienne mais dans la majorité des cas, elle est causée par un virus. La rhinopharyngite se transmet facilement, par les objets manipulés par l'enfant par exemple ou même par simple contact avec d'autres personnes atteintes.

Les symptômes de la rhinopharyngite peuvent être variables et dépendent en grande partie de la capacité de résistance de l'organisme de chaque enfant ainsi que de la réactivité de son système immunitaire. Ainsi, les symptômes peuvent différer d'un malade à un autre. Cependant, en général, la rhinopharyngite se manifeste par une rougeur importante à la gorge qui peut être accompagnée d'une rhinorhée, qui est un écoulement nasal purulent vert ou jaune. Le signe le plus flagrant reste la forte fièvre qui peut atteindre 40°C de température.

Les amygdales peuvent se tuméfier et parfois l'enfant présente des vomissements accompagnés de diarrhée. De nature bénigne, la rhinopharyngite, se soigne facilement avec un bon suivi médical et un traitement adéquat que vous prescrira votre médecin.

Cependant pour soulager votre enfant, mouchez-le régulièrement en utilisant des mouchoirs-bébés pour lui nettoyer le nez. Vous pouvez également utiliser de temps en temps des sérums physiologiques.

Sinusite

Les sinus sont des cavités situées dans les os du visage et remplies d’air. Selon leur localisation, les sinus sont maxillaires, frontaux, ethmoïdaux ou sphénoïdaux. «Lorsque la muqueuse qui recouvre l’intérieur de ces sinus est inflammatoire, que les orifices qui les font communiquer avec le nez s’obstruent, ou quand il y a un liquide purulent ou non à l’intérieur, on parle de sinusite».

Nez bouché, nez qui coule, maux de tête, douleur au front, fièvre (parfois élevée), douleurs sous l'œil avec gonflement de l'angle interne de l'œil sont les symptômes de la sinusite. Mieux vaut consulter car la sinusite peut se compliquer.

Le médecin peut alors être amené à prescrire des antibiotiques, dans ce cas il faut respecter les doses prescrites et la durée du traitement.

L'otite

S'il existe plusieurs formes d'otites, la majorité des enfants de moins de 3 ans souffrent de ce que l'on appelle une otite moyenne. C'est-à-dire qu'ils ont du pus à l'intérieur de la cavité où se trouve le tympan qui est une fine membrane tendue sur une bordure rigide (selon le même principe qu'un tambour). Cette membrane capte les sons en vibrant et transmet les informations au cerveau. Très souvent quand on parle de l'oreille, on ne voit que le pavillon, c'est-à-dire la partie visible, celle qui est externe. Mais il faut savoir que l'oreille est composée de quatre grandes parties, conçues pour transformer l'onde sonore en son pour notre cerveau. Le traitement est du seul ressort de votre médecin traitant. Il ne faut surtout pas donner des antibiotiques sans avoir au préalable consulté et pris l'avis de votre pédiatre. Ne mettez rien dans l'oreille de votre enfant de votre propre chef, soyez très vigilent car vous risquez de compliquer une affection qui peut être aisément traitée. Durant l’hiver et le reste de l'année, apprenez à votre enfant à se laver les mains régulièrement et particulièrement avant de manger (et bien sûr après le passage aux toilettes), à ne pas tousser ou à éternuer sans couvrir sa bouche, à ne pas laisser traîner ses mouchoirs usagés, et bien sûr, montrez lui l'exemple. Il est utile de rappeler que les enfants exposés à la fumée secondaire, c’est-à-dire au tabagisme passif, courent beaucoup plus de risques d'attraper des otites. Sans compter que la guérison est souvent plus longue. Il est prouvé que les enfants dont les parents fument à la maison ont jusqu'à 4 fois plus d'otites que les enfants qui vivent dans un environnement sans fumée.

Le rhume

C’est la maladie de l'hiver par excellence. Il désigne une infection des fosses nasales. Le plus souvent, il est dû à un virus. On parle alors de choriza grippal. Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe, très atténués : fièvre, yeux larmoyants, fatigue, courbatures. Avec en prime le nez qui coule. Lorsque le virus gagne les végétations, qui se situent au-dessus de la gorge, on parle alors de rhino-pharyngite. Elle est assez fréquente chez le petit.

L'infection de la gorge

Elle est virale dans la plupart des cas, mais peut également être bactérienne (streptocoques par exemple). Il faut être très rigoureux dans le traitement de ces infections, notamment chez l'enfant : une infection bactérienne de la gorge peut conduire à des troubles cardiaques ou articulaires. On parle de pharyngite quand la gorge et les amygdales sont atteintes dans leur ensemble. Si seules une ou deux amygdales sont touchées, il s'agit alors d'une amygdalite. Elles sont rouges et gonflées et peuvent être purulentes.

Mieux vaut prévenir que guérir

Face aux maladies hivernales, comme du reste aux autres affections, le bon sens nous dicte toujours d’être prudent, d’agir avec discernement, d’avoir une attitude responsable, il convient de savoir qu’en matière de lutte contre les maladies, il n'y a pas de recette miracle. Et comme dit l’adage «mieux vaut prévenir que guérir», il ne fait aucun doute que la prévention reste la meilleure approche, de ce faite nous sommes tous responsables si nous voulons réellement contribuer à asseoir sur des bases saines la lutte contre les maladies et ce grâce a l'adoption d'attitudes citoyennes. Tout d'abord, il y a la prévention individuelle contre les infections. Celle-ci passe par plusieurs mesures simples.

D'abord, l'hygiène des mains qui est très importante, car les virus se transmettent entre autres par les mains. Il faut donc se laver les mains plusieurs fois par jour : avant et après les repas, en rentrant chez soi, après être allé aux toilettes, après avoir éternué, toussé ou s'être mouché. Un lavage des mains efficace doit durer au moins 30 secondes. Ne pas fumer dans une pièce ou se trouvent plusieurs personnes ou dans les lieux publics. Ne pas tousser ou éternuer sans au préalable avoir mis un mouchoir devant sa bouche. Ne pas embrasser les personnes surtout les petits quand on est malades. Il faut également aérer toutes les pièces de son logement 10 minutes par jour, y compris en hiver. En effet, les atmosphères confinées favorisent la prolifération des virus. Pour conclure, il est utile de rappeler que le meilleur moyen de se prémunir contre les maladies hivernales reste la prévention.

Contre la grippe saisonnière, la vaccination permet de se prémunir et de protéger son entourage en évitant de le contaminer.Le vaccin contre la grippe 2014 est disponible, il est vendu en pharmacie à un prix très abordable (75 DH) et ce vaccin est remboursé.
[/b][/size]

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
Henri
Sitemestre technicien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3052
Age : 66
Quelle est ta Maladie ? : Cancer Médullaire
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Recrudescence des maladies hivernales , la prévention est le maître mot   Lun 17 Nov 2014 - 23:26



Merci My Ahmed.
Cela me fait penser que je dois me faire vacciner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://voix-brisee.org
 
Recrudescence des maladies hivernales , la prévention est le maître mot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maladies Hivernales (Les plantes pour Maladies Respiratoires)
» les vitamines : Antioxydants et prévention des maladies cardiovasculaires
» Vérités sur les maladies émergentes : Et si c'était les métaux lourds ?
» Hormones féminines & maladies neurodégénératives
» Vatican:Efficacité du préservatif comme prévention SIDA

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS  :: Coin Santé pour les Visiteurs non inscrits-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: