FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS

FORUM DE L'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES
A.A.M.M.

Les bons conseils ne remplaceront jamais un Médecin
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7995
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus   Ven 9 Aoû 2013 - 15:37




Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus

Sciences et Avenir Créé le 09-08-2013
Mis à jour à 16h56 Marc Gozlan


L'animal est sans doute à la source des contaminations humaines par le coronavirus à l’origine du Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient.
 


Une équipe de chercheurs néerlandais et allemands rapporte, dans ce qui est à ce jour la première étude évaluant la présence d’anticorps spécifiques du nouveau coronavirus (MERS-CoV) chez l’animal, des données permettant d’incriminer le dromadaire comme possible réservoir de ce virus émergeant. Des anticorps spécifiques du virus MERS-CoV ont été retrouvés dans la totalité des 50 dromadaires testés provenant d’Oman, signe d'une infection virale passée ou en cours.

Le nouveau coronavirus a provoqué 94 infections, dans la grande majorité des cas responsables d’une insuffisance respiratoire sévère, dont 46 mortelles. Des cas de MERS ont été rapportés en Jordanie, au Quatar, aux Emirats arabes unis, en Arabie Saoudite, en France, en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Tunisie.

Le virus circule largement dans le Sultanat d'Oman

Le Dr Chantal Reusken de l’Institut national de santé publique et de l’environnement de Bilthoven (Pays-Bas) ont recueilli des échantillons de sérums de 349 animaux provenant d’Oman, des Pays-Bas, d’Espagne (Canaries) et du Chili, dont des dromadaires, des vaches, des moutons, des chèvres, ainsi que de chameaux, de lamas et d’alpagas. Cette étude a été réalisée en collaboration avec deux experts de réputation internationale, les Pr Christian Drosten de l’Institut de virologie de l’Université de Bonn (Allemagne) et Marion Koopmans (département de viroscience du Centre médical Erasmus de Rotterdam).

Résultat : chacun des 50 dromadaires d’Oman étaient porteurs d’anticorps spécifiques du MERS-CoV.

Les échantillons sanguins provenaient de plusieurs localités du Sultanat d’Oman, indiquant que le coronavirus ou un virus très proche circule largement dans la région. Aucun cas d’infection chez l'homme au MERS-CoV n’a toutefois été rapporté à Oman, malgré sa proximité avec d’autres pays de la Péninsule arabique touchés par l‘épidémie de MERS.

Résultats surprenants chez les dromadaires des Iles Canaries

Des anticorps dirigés contre le nouveau coronavirus n’ont pas été détectés dans le sérum des vaches, moutons et chèvres provenant des Pays-Bas et d’Espagne. En revanche, l'étude a montré que les dromadaires des Iles Canaries étaient eux aussi porteurs d’anticorps spécifiques du MERS-CoV. La situation semble toutefois très différente d'Oman puisque seulement 10% des dromadaires des Iles Canaries (15 sur 105) étaient porteurs d’anticorps spécifiques contre ce virus. De plus, les dromadaires des Canaries présentaient un taux d'anticorps du MERS-CoV moins élevé (signe d'une infection de moindre ampleur ?) que celui retrouvé chez les dromadaires d’Oman.  

Il est possible que le virus circule depuis un long moment chez les dromadaires et soit donc devenu un virus de ces animaux, ou alors que sa présence chez les dromadaires résulte d’une transmission répétée inter-espèces. Les chauves souris notamment sont pointées du doigt par l'étude. On sait en effet que le MERS-CoV est capable de se répliquer dans des cellules de chiroptères et qu’il partage une grande parenté génétique avec des virus hébergés chez des chauves-souris pipistrelles d’Europe et d’Asie.

Et comme aucun des patients infectés à ce jour par le MERS-CoV n’a rapporté avoir été en contact avec ces mammifères volants, il est peu probable que le virus passe directement de la chauve-souris à l'homme. Le dromadaire avec qui l'homme est en contact étroit pourrait donc représenter un hôte intermédiaire. Il est possible que le virus contamine l'homme directement ou indirectement, peut-être par l’intermédiaire de la viande ou du lait.



Un boucher prépare de la viande de dromadaire. Du fait que les animaux infectés par le nouveau coronavirus pourraient ne pas présenter de signes évidents de maladie, le virus pourrait circuler de façon silencieuse. Crédit : AFP.

C’est la première fois depuis l’émergence l’an dernier de l’épidémie au nouveau coronavirus qu’une étude apporte des données sur un possible réservoir animal de ce virus émergeant. Cette étude séro-épidémiologique, qui montre la présence d’anticorps spécifiquement dirigés contre MERS-CoV chez des dromadaires, n’apporte cependant pas la preuve formelle que ces animaux sont infectés par ce nouveau coronavirus ni par un virus très proche.

Après l'étude séro-épidémiologique, l'étude virologique



Des études ultérieures devront donc le rechercher pour l’identifier et le caractériser chez des dromadaires nouvellement infectés, qui ont récemment développé des anticorps. Il importerait notamment de comparer les souches virales retrouvées chez des dromadaires et celles isolées chez des patients infectés par le MERS-CoV.

Au total, cette étude représente une étape importante dans la compréhension de l’émergence du MERS-CoV. Elle souligne aussi l’importance de conduire d’urgence des études séroépidémiogiques sur les animaux d’élevage et la faune sauvage de la péninsule arabique. Ces travaux sont en effet indispensables pour identifier les possibles réservoirs du virus et concevoir des mesures de protection efficaces contre la transmission de l’animal à l’homme un virus émergeant dangereux.

Marc Gozlan, Sciences et Avenir, 9/08/2013
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

VOIR AUSSI



SANTE - La nouvelle forme du virus a infecté 94 personnes dans le monde et fait 46 morts...

Les dromadaires pourraient être l'un des vecteurs de transmission du nouveau coronavirus MERS à l'homme, selon une étude publiée vendredi dans la revue médicale The Lancet. Apparu l'an dernier au Moyen-Orient, ce coronavirus a déjà infecté 94 personnes, dont 46 sont mortes, selon le dernier bilan fourni la semaine dernière par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des anticorps du virus chez les dromadaires

Les chercheurs soupçonnent depuis un certain temps des chauves-souris d'être à l'origine du nouveau coronavirus, mais estiment que pour se transmettre à l'homme le virus a probablement utilisé des hôtes intermédiaires. Pour vérifier cette hypothèse, une équipe de chercheurs internationaux dirigée par le Dr Chantal Reusken des Pays-Bas a étudié des échantillons de sang de 349 animaux, essentiellement des dromadaires, des vaches et des chèvres provenant de plusieurs pays, dont Oman, les Pays-Bas, l'Espagne ou le Chili.

Des anticorps anti-coronavirus MERS ont été retrouvés dans les analyses sérologiques des 50 dromadaires originaires du sultanat d'Oman, et dans une moindre mesure dans celles d'une centaine de dromadaires originaires des îles Canaries, une région dans laquelle le nouveau coronavirus n'avait encore jamais été signalé. «La présence d'anticorps signifie que ces dromadaires ont été en contact avec le virus ou un virus très similaire», a expliqué à l'AFP Marion Koopmans, l'une des chercheuses, précisant toutefois qu'on ne savait à quand remontait le contact. «Nous devons également trouver le virus avant de pouvoir dire avec certitude qu'il s'agit du même que celui qui infecte les humains», a-t-elle ajouté.

Un des réservoirs du virus

Pour les chercheurs, la découverte des anticorps «suggère que les dromadaires pourraient être l'un des réservoirs du virus qui provoque la maladie chez les humains». Les dromadaires sont populaires au Moyen-Orient où ils sont utilisés comme animaux de course, mais également pour leur viande et leur lait. De nouvelles études seront nécessaires, tant chez l'homme que chez l'animal, avertissent les chercheurs, pour découvrir si la transmission se fait par contact ou par ingestion de produits provenant des dromadaires infectés, comme le lait de chamelle par exemple.

Le nouveau coronavirus reste pour l'instant relativement peu transmissible de patient à patient et touche principalement des personnes déjà fragilisées par des maladies chroniques ou immunodéprimées. Il provoque des problèmes respiratoires, une pneumonie et une insuffisance rénale rapide. «Le plus grand mystère de l'épidémie de coronavirus MERS était de savoir comment des personnes pouvaient être infectées par un virus présent chez la chauve-souris et pourquoi au Moyen-Orient. En montrant que des dromadaires avaient été en contact avec le virus ou avec un virus proche, les chercheurs pourraient avoir contribué à répondre aux deux questions à la fois» commente pour sa part le Dr Benjamin Neuman, de l'Université de Reading, au Royaume-Uni.

Avec AFP
Plus d'informations sur ce sujet en vidéo


COPIE DR IDRISSI

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
Henri
Sitemestre technicien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3063
Age : 66
Quelle est ta Maladie ? : Cancer Médullaire
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus   Ven 9 Aoû 2013 - 21:49


Merci pour cet article bien documenté.

Heureusement je ne fréquente ni les dromadaires ni les chameaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://voix-brisee.org
jocelyne
* * * *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 336
Age : 64
Quelle est ta Maladie ? : laryngectomie partielle+corde vocale paralysée+cancer au sein
Date d'inscription : 23/07/2013

MessageSujet: Re: Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus   Sam 10 Aoû 2013 - 6:30

Merci un article très bien fais

moi comme Henri je ne fréquente pas ces petites bêtes :lol!: :lol!: 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dromadaire : suspect n°1 dans l’épidémie de coronavirus
» Standardisation?
» 2010: Le 11/11 - Objet suspect dans le nord de l'Espagne.
» Un homme seul dans le désert avec son chien
» Un nouveau suspect pour Jack l'Eventreur

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS  :: Coin Santé pour les Visiteurs non inscrits-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: