FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS

FORUM DE L'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES
A.A.M.M.

Les bons conseils ne remplaceront jamais un Médecin
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION AU MAROC ET TAXES SUR LES MALADIES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7869
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION AU MAROC ET TAXES SUR LES MALADIES    Mer 29 Juin 2011 - 17:39



.
CONSTITUTION ET TAXES SUR LES MALADIES

.
NOUS AVONS RETENU DU DISCOURS DE SA MAJESTÉ DU 17 JUIN 2011 ET DE L’ÉVOLUTION DE LA CONSTITUTION CECI :

.
” Ce processus, Nous l’avons entamé dès Notre accession au Trône, en parfaite communion avec toutes les forces vives de la Nation. Et c’est grâce à lui, du reste, que nous sommes parvenus, trois mois après le lancement du processus de révision constitutionnelle, à mettre au point une nouvelle charte constitutionnelle démocratique. Ce texte repose sur le cadre référentiel avancé de Notre Discours historique du 9 mars dernier qui a recueilli l’adhésion unanime de la nation. IL S’APPUIE ÉGALEMENT SUR LES PROPOSITIONS PERTINENTES AVANCÉES PAR LES INSTANCES POLITIQUES, SYNDICALES, ASSOCIATIVES et de jeunesse, ainsi que sur le travail novateur accompli par la Commission consultative et l’action constructive menée par le Mécanisme politique, Commission et Mécanisme que Nous avons mis en place précisément à cette fin. “”

.

A CE TITRE NOTRE ASSOCIATION DOIT ÊTRE ÉGALEMENT ENTENDUE

.

EN RÉSUMÉ :

APPEL RÉITÉRÉ AUX RESPONSABLES A PROPOS DES TAXES SUR LES MALADIES QUE SONT LA TVA ET LA TAXE DE DOUANE SUR LES MÉDICAMENTS, LES INTRANTS, LE MATÉRIEL MÉDICAL ET LES RÉACTIFS DES LABORATOIRES. CES TAXES DE DOUANE INIQUES PÉNALISENT L’ACCÈS AUX SOINS DES MAROCAINS ET BRIDENT LES CAISSES DE MUTUELLES ET DE SÉCURITÉ SOCIALE COMME LES MALADES ET LES HÔPITAUX. NOUS NE DEMANDONS RIEN D’IMPOSSIBLE AU PLUS JUSTE DES ARBITRES ET DE NOS ROIS VOICI LE CONTENU DÉTAILLÉ DE NOTRE RÉQUISITOIRE AUX PLUS HAUTS RESPONSABLES DE L’ÉTAT
.
.
Aux honorables Responsables ministériels, Parlementaires, chefs de Partis et Conseillers de SM

De la révision de la Constitution à la réforme de la fiscalité sur les médicaments et les soins.

Plaidoyer au Gouvernement et réquisitoire au profit des malades.


Avons-nous le devoir de vous exposer nos dols, malgré l’opacité des silences antérieurs ? Et d’espérer être favorablement écouté ? Oui, nous en avons l’obligation même, face aux tergiversations et aux freins. La répétition de notre requête, persévérante et didactique, s’impose avec une lucide nécessité pour recouvrer nos droits humains. Aussi devons-nous écouter avec cœur nos malades, nos vieux et nos jeunes, tels que dynamisés par cette vague d’enthousiasme qui donne sens plus démocratique à leur citoyenneté. Ceci, sans occulter les affres des malades, ces problèmes vitaux qui passent au second plan, devant la hâte d’une évolution prégnante où les marocains, à leur tête SM le Roi, reconsidèrent leurs réformes, leurs héritages dans leur nouvelle Constitution. La maladie est un passage obligé où administrateurs et peuple se rencontrent et montrent leur besoin civique de solidarité. C’est une opportunité démocratique pour l’administration que d’écouter les proposions des associations de malades. Les souffrances nourrissent l’expérience et dans le cadre de la dignité retrouvée et du courage d’opinion, cette écoute sincère est de bon augure pour une meilleure gouvernance. Cette disponibilité nouvelle de l’Etat et cette ouverture sont à saluer. L’Etat, par la voix de son illustre Roi encourage l’audace. C’est cette maturité qui permet de reconquérir les libertés naturelles, les droits sociaux et d’accès à la Justice et à la Santé. Si la politique tergiverse et renâcle encore à s’occuper de ce dossier de réformes, avec plus d’équité pour la santé, comment peut-elle avoir l’adhésion des foules et espérer pour demain, des urnes plus fécondes ? Certes, la fièvre des rues ne nous excite pas ! Nous sommes des malades qui refusons de nous exhiber ! Mais, humiliés ou amoindris par la santé, devons-nous supporter la morgue administrative et rester des patients placides, courbant le dos aux frappes fiscales les plus iniques? Non vous en convenez, Excellences !
.
.

LA SITUATION VÉCUE, SES PROBLÈMES ET LEUR SOLUTION
.
.

Nous devons dire ouvertement ce pensent les malades des réglementations ringardes et sordides, des lois antisociales et des réglementations prévaricatrices qui régissent, freinent et pénalisent leurs accès aux soins ! Qui plus est de demander avec insistance, à l’administration et au pouvoir arbitral de SM le Roi, de trouver une solution équitable pour dispenser les malades des taxes indirectes qui frappent l’accès aux soins. Tant sur le matériel d’explorations médicales que des soins proprement dits, sur les réactifs de laboratoire comme sur les intrants et les médicaments. La réforme fiscale éthique que nous sollicitons, âprement et avec respect, est un complément indéniable de l’INDH. A ce titre elle doit éliminer tout ce qui bride et entrave la quête de santé, afin de favoriser dans son essence humaine et solidaire, l’œuvre prodigieuse de SM le Roi, que Dieu le protège. En effet, pénaliser un malade, lui extorquer de l’argent, uniquement quand il est malade est la pire des mortifications et des incuries. Nous la fustigeons comme étant indigne de l’évolution de notre pays, de son courage réformateur et de nos valeurs retrouvées ! Qui plus est, indigne d’un pays aux valeurs musulmanes, démocratiques et sociales, comme avancé par nos gouvernants. Nous demandons aux responsables et leaders, aux Conseillers de SM le Roi et aux réformateurs, qui sont sur le chantier de la Constitution, d’en prendre conscience et d’en évaluer la portée politique. Nous voulons convaincre de nos droits naturels les plus hauts décideurs. Nous demandons aux responsables d’agir avec civisme, en tant que responsables et patriotes, ayant la proximité du Roi et l’écoute du peuple. En affirmant et en soutenant ce droit moral naturel, nous tenons à ce que les lois et réglementations présentes et à venir, soient corrigées, afin de respecter la dignité des malades et de constitutionaliser le fait de ne pas exploiter les situations de faiblesses et de maladie. C’est le minimum du civisme et la moindre des gouvernances.
.
PLAIDOYER : VOICI NOTRE APPEL A PROPOS DES TAXES DE DOUANE ET DE TVA
SUR LES MALADIES ET LES FREINS QU’ILS REPRÉSENTENT SUR L’ACCÈS AUX SOINS
.
Si nous interpellons les députés et les rénovateurs de la Constitution, en ces circonstances de troubles et de questionnements sociaux patents, c’est pour requérir leur esprit d’adéquation et d’équité. Et ce donc à propos des taxes de Douane et de TVA sur les maladies, dont la défiscalisation entre dans le cadre des objectifs et des priorités du millénaire pour le développement ! Médecins, pharmaciens, professeurs et malades, nous nous activons à l’AAMM, à travers la presse écrite, toutes tendances confondues, sur les médias d’avant-garde et les écrits directs, et ce depuis près de 10 ans, face aux taxes sur les soins et les médicaments. Une indécence fiscale qui date des troglodytes et qui a besoin du Peuple et du Roi pour une autre révolution libératoire ! Hélas et désolés pour notre franchise, nous sommes dépités et perplexes, ahuris par l’indolence que nous observons de la part du Gouvernement ! La négligence face aux exactions sur les malades est un fait qui reste avéré et constant, nonobstant les rares correctifs face aux maladies les plus graves et les progrès certains de l’AMO ! Les nôtres semblent atteints d’aphasie, de mutisme, peut-être de timidité ou de superbe, en ce qui concerne nos sollicitations, alors qu’elles sont vouées au bénéfice et au bien-être de tous les Marocains ! Ils donnent à penser, en ne l’appuyant pas, qu’ils rejettent l’importance, la justesse, l’éthique, la logique et l’équité de cette Réforme sollicitée des Hauts Lieux. Nos cadres, sont-ils en manque de solutions civiques ou d’ardeur dans les rouages réglementaires et juridiques ? Est-ce trop complexe pour eux que de comprendre qu’il faut libérer les malades des entraves fiscales qui les aliènent et les atteignent ? Ces taxes indirectes, ces arnaques invisibles et illégitimes, les frappent lorsqu’ils sont malades. Et seulement s’ils sont malades, angoissés et impuissants, en quête de prises en charge techniques médicales et de recherche de médications. En revanche, d’où la paradoxale iniquité, ceux qui sont sains, ne paient heureusement pas de taxes sur leur bonne santé en n’achetant pas de médicaments du tout ! Pourquoi alors et dans quel cadre de philosophie ou de libéralisme pénaliser les malades ? Pour ceux qui sont couverts par les Caisses, ce sont les Caisses qui se vident à payer pour eux des taxes indirectes sur leurs maladies ! Et ces Caisses, cette AMO, cette ANAM restent hautaines dans leurs silences, avalisant ou ignorant, que les impôts indirects pompent les caisses des malades ! Elles ne le savent pas, ou qu’elles ‘’s’en fichent” ? Inefficaces sur ce plan primaire et primordial…Incapables de réfréner ces taxes pour le moment ou de solliciter des Hauts Lieux leur juste détaxation ! Timorées, elles paraissent incapables de visions novatrices pour réformer les taxes fourbes, perfides et scélérates qui frappent leurs administrés. Et ce, contrairement aux aspirations claires et salvatrices de SM le Roi. Contrairement aux directives de SM le Roi qui veille sur tout ce qui est social et qui veut relever le Peuple et les gens de la misère et de l’appauvrissement ! Détaxer, évoluer, oser reformer, c’est le courage auquel invite SM dans son discours du 9 mars 2011 quand Il parle « d’audace »!
.
.

ON APPELLE CES EXACTIONS FOURBES ET TYRANNIQUES, DU SADISME !
.
.

TVA et Taxe de Douane sur tout ce qui est destiné aux malade…Ça n’a pas d’autres dénominatifs plus pudiques, voire plus diplomatiques. Ce fait, d’exploiter les souffrances et d’appliquer la sinistre TVA sur les maladies et l’inique Taxe de Douane sur les médicaments, est une punition collective. Cette perversion légalisée et reptilienne demeure une exaction soutenue, inconsciente et coercitive sur tous les malades ! Un non-sens, pour toute personne malade ou saine d’esprit, qui a conscience de l’exploitation féodale et sadique des situations de faiblesse ! Ce, quand on sait sciemment que la maladie est un état d’impotence et d’improductivité, d’absence de gains et de bénéfices. Ces taxes sur les maladies sont donc clairement des atteintes à l’intégrité physique, à la dignité et à la vie elle-même. Pourtant l’état de maladie n’est guère un produit de luxe ni de confort, justifiant qu’il soit taxé à l’importation et fiscalisé. Il est une phase de la vie qui a besoin de la solidarité de tous et l’humanisation de la loi ! Sommes-nous, messieurs les légistes coincés, incapables d’oser ce qui est meilleur pour nous ? Sommes-nous incapables d’imaginer, de réformer, jusqu’à ce que nos protecteurs culturels et politiques nous impulsent leurs lois venues des concepteurs du Nord ? Ou qu’ils nous livrent des ordres pour application, sous le label moderniste des droits de l’homme et du devoir d’ingérence ? Des invectives dictées, lancées comme des mises à niveau humiliantes, sous le couvert forcé de la mondialisation ?! Nous nous devons d’ouvrir chirurgicalement, volontairement, indépendamment, ce chantier humanitaire de développement sanitaire ! Le financer, donner l’exemple du Maroc, sécuritaire vigilant et fier de sa bonne gouvernance. Là aussi, dans le domaine de la fiscalité sanitaire, il y a lieu d’avoir de l’audace, pour le bien de tout le peuple, comme SM Mohammed VI le fait souvent par ses innovations sociales et sa présence passionnée sur le terrain ! Il s’agit donc pour l’Exécutif de translater les manques à gagner de ces rubriques éhontées, de les appliquer éventuellement sur les produits de luxe, d’inventer le concept qui se doit et la formule qui convient. Il s’agit pour vous, messieurs d’innover ce qui est juste et bien ! Non point de rester anesthésiés par les occupations routinières, que nous affrontons de façons vitales, certes, et existentielles pour la sauvegarde notre de souveraineté. Nous sommes indépendants depuis le retour de Mohammed V et libres de créer, d’inventer, de réglementer, de régir et de façonner les lois qui servent notre Peuple, au lieu d’en asservir honteusement les couches les plus faibles ! Celles des malades, exténués par près de 25% de taxes sur toutes les étapes des soins ! Sauf exceptions ! Des taxes fossiles, pire que la dîme et la gabelle du Moyen-âge, qui affectent le parcours des soins et en limitent l’accès. Avec deux Chambres de Députés et de Parlementaires, tellement de Conseils et de Conseillers, assister à autant de faiblesses, dans ce secteur social si sensible, est décevant et consternant ! Et dire que ces cadres, hier respectés, sont les messagers du Peuple ! En fait, il y a lieu de croire que certains diriez-vous, ne représentent qu’eux-mêmes que leurs intérêts ! Sinon les gens ‘’sains’’, blasant les électeurs par le vide des amphis dont brillent leurs abscondes absences ! Preuves de leur désintérêt, ostensible, en sont leurs versatilités décriées, les ratés et les défections certaines, qui sont autant de trahisons de ces ‘’rares’’ électeurs qui ont eu le courage d’aller aux urnes afin de voter pour eux ! Néanmoins, Dieu est miséricorde ! Il faut positiver avec ce qu’on a et dépasser les déchirements entre factions politiques pour ne voir que ce qui est utile à la société et aux malades. Nous nous adressons à travers leurs fonctions, à tous ceux qui se respectent encore, pour défendre les malades et les principes éthiques enfreints par ces lois déloyales et machiavéliques !
.
.
CE CRI EMBRASÉ EST LE RÉQUISITOIRE DE TOUS LES MALADES.
.
.

Ceci est un appel enflammé, sans distinction entre les tares, sans discrimination entre le tragique, le chronique et les simples affections banales, qui se compliquent volontiers dans la négligence de ceux des patients qui sont le plus dans le besoin. Hélas ! Ce cri respectueux, ce réquisitoire, que nous ne craignons pas de répéter en échos et en Haut Lieu, cette demande de Grâce, ne s’embarrasse pas des précautions hypocrites d’usage. Il veut interpeller tous les responsables, avec considération et responsabilité, afin qu’ils puissent, qu’ils osent donner le meilleur d’eux-mêmes ! Et ce ne sont pas nos dignes Premier Ministre et Présidents, passés, présents ou à venir, des deux Chambres qui nous en voudront ! Car, le Parlement peut produire et proposer des lois pour supprimer des réglementations antisociales ! Et là, il se situe dans l’essence la plus superbe de ses fonctions législatives, que garantit la Constitution ! Un point que viennent de corroborer les ouvertures et les volontés de réforme constitutionnelle innovantes et récentes impulsées par SM le Roi, et que nous saluons ! Les malades, n’ont qu’Allah à espérer pour réveiller nos cadres et nos élus. Perclus qu’ils nous semblent dans leurs simples et étroits devoirs de figurants, machinaux, qui minorent les premiers préceptes d’écoute et de proximité pour une meilleure gouvernance. Qui plus est, ces médiateurs vers lesquels des centaines de lettres sont tombées depuis une décennie de notre part, se sont montrés inhibés, jusque là, incapables de lire la presse et de soumettre nos dols et nos respectueuses demandes de grâce à SM le Roi Sidi Mohammed VI qu’Allah Le préserve !
.
.
DEMANDE DE JUSTICE ET DE GRACE
.
.

SM, qui détient le Pouvoir arbitral, est l’emblème et le guide, pour la cohésion et les progrès, l’unité de ce peuple de paix. Il ne répugnera pas à sa libération fiscale des impôts et taxes qui entravent les malades. Nous espérons le réveil rapide de nos ministres et médiateurs et leur intercession efficiente agissante et urgente pour initier cette Réforme ! Et non plus les silences usuraires du laisser-aller, complices du laisser-faire, des us et des impositions forcloses ! Si par ailleurs, les Caisses de Compensation nous permettent le pain et que la Douane ne frappe pas le livre, nous ne comprenons pas que les médicaments et les soins demeurent stigmatisés, frappés par ces taxes ineptes et surérogatoires ! Cette Réforme bénie, rejoint le chantier de règne de SM qui est un autre tremplin pour les progrès humains et la dignité retrouvée. Clairement, quitte à nous répéter, il n’y a pas de progrès sans la santé. Et la santé est le complément ontologique, vital et moteur de cette INDH. Que Dieu vous aide tous à nous entendre et à transmettre nos doléances, nos vifs souhaits et nos espoirs, à SM le Roi, que Dieu Le guide !
.
Kénitra, le 25 Juin 2011 Dr Idrissi My Ahmed
.
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC
.
CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES NEUROMUSCULAIRES
.
112, AVE MOHAMED DIOURI, KENITRA, MAROC, TELFAX : 053737330, ASSISTANCE : 0661252005
.
aamm25@gmail.com ,
.
http://myasthenie.forumactif.com
[b]

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
 
RÉFÉRENDUM SUR LA CONSTITUTION AU MAROC ET TAXES SUR LES MALADIES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LETTRE DU DOYEN MOULAY TAHAR ALAOUI A PROPOS DES TAXES SUR LES MALADIES AU MAROC
» Etablissements Militaires au Maroc.
» Commentaire de l'article 34 de la constitution
» Liste des écoles de Commerce au Maroc
» Ceratodus Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS  :: DES AMIS FACE À LA MYASTHÉNIE-
Sauter vers: