FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS

FORUM DE L'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES
A.A.M.M.

Les bons conseils ne remplaceront jamais un Médecin
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cancer bronchique est le premier cancer chez l'homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
My Ahmed
Médecin et Administrateur du Forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8298
Age : 73
Quelle est ta Maladie ? : Médecin
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Le cancer bronchique est le premier cancer chez l'homme   Jeu 3 Avr 2008 - 2:54

Le cancer bronchique est le premier cancer chez l'homme


Cancer bronchique
Un véritable fléau qui nous guette tous


Les taux d'incidence et de mortalité sont constamment en croissance au Maroc

Publié le : 01.04.2008

Le cancer bronchique est le premier cancer chez l'homme
dans une ville comme Casablanca avec 454 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

Image hébergée par servimg.com



En effet, ce cancer est devenu, ces dernières années, un véritable problème de santé publique dans les pays en voie de développement. «A la lumière des données du registre des cancers dans la région du Grand Casablanca, le cancer du poumon représente la première localisation cancéreuse chez l'homme à Casablanca. Même si les moyens de traitement ont nettement évolués, le cancer du poumon représente un taux élevé de mortalité», explique le professeur Souha Sahraoui du Centre d'oncologie Ibn Rochd à Casablanca.

Le cancer bronchique est une tumeur maligne originaire de la muqueuse tapissant les bronches. On parle également de cancer primitif du poumon ou plus communément du cancer du poumon. Les tumeurs évoluent souvent rapidement et l'absence de moyens pour établir un dépistage précoce conduit à les découvrir à un stade avancé. Le pronostic de ce cancer est très sévère, puisque la survie à 5 ans est de seulement 30% chez les malades. Plus le diagnostic du cancer du poumon est tardif, moins le pronostic de la maladie est bon. De l'avis de certains pneumologues, l'incidence du cancer du poumon au Maroc reste très inférieure par rapport à d'autres pays industrialisés. Cependant, les chiffres actuels ne reflètent pas la réalité du cancer du poumon au Maroc. «Nous avons recensé 500 nouveaux cas en 2004 à Casablanca. Il faut préciser que 200 à 300 parmi ces derniers n'ont pas consulté un médecin pour être diagnostiqués. Néanmoins, ces chiffres sont à prendre avec réserve car il existe sûrement des malades potentiels qui n'ont pas
été diagnostiqués», ajoute le Pr. Sahraoui.

Le tabagisme reste la cause principale du cancer du poumon. En effet, le tabac est le facteur majeur de ce cancer. Le risque du cancer bronchique lié au tabac est en rapport avec le nombre des cigarettes fumées par jour et avec la durée d'exposition. Les études épidémiologiques ont montré qu'un fumeur moyen avait environ 14 fois plus de risque d'avoir un cancer bronchique. Il diminue pendant plusieurs années après l'arrêt du tabagisme mais ne disparaît pas. Mais il existe d'autres facteurs de risques liés à certaines activités professionnelles. Ainsi, l'exposition à l'amiante et les hydrocarbures provenant du charbon et du pétrole peuvent causer ce cancer.

Les médecins spécialisés ont identifié plusieurs "stades" en cas d'un cancer bronchique. Un "stade" de la maladie sert à indiquer le degré d'extension du cancer pour atteindre les tissus avoisinants et les autres organes. Il est habituellement défini par un système appelé "le système TNM" qui décrit l'extension de la tumeur primitive. En effet, la survenue d'un cancer bronchique se fait en plusieurs étapes et souvent plus de 20 ans après l'exposition à un agent tel que le tabac ou l'amiante. Il existe plusieurs méthodes de détection du cancer du poumon, notamment la radiographie thoracique, le scanner thoracique et la broncho-fibroscopie.

En dépit des progrès réalisés dans les domaines thérapeutiques, le traitement des tumeurs cancérogènes responsables de cette pathologie reste très difficile. Globalement, le taux de survie de ce cancer à cinq ans dépasse à peine 10%. Si la chirurgie seule peut guérir certains rares cas de cancers dits “à petites cellules” ou lorsque la tumeur est découverte à un stade très limité, pour les tumeurs plus évoluées, les espoirs reposent sur l'association de différents traitements. La chirurgie peut enlever facilement la totalité de la tumeur lorsque celle-ci est de petite taille. Cependant, des études ont révélé que plutôt qu'une simple ablation de la tumeur, il est nécessaire d'enlever tout le lobe pour diminuer le risque de récidive. Des travaux de recherches sont en cours pour tenter de définir les modalités optimales de traitement pour chaque type de tumeurs.

Globalement, on distingue essentiellement trois grands types de traitement. D'abord, la chirurgie qui est généralement réservée aux cancers de taille relativement limitée, mais son indication prend en compte de nombreux autres facteurs individuels. En fonction du degré d'évolution du cancer, le médecin peut recommander l'ablation d'une petite partie des poumons, s'il estime que le cancer en est à un stade initial. Ensuite, la chimiothérapie qui permet d'obtenir une réduction du volume tumoral, ce qui facilite ensuite l'intervention chirurgicale. Elle s'adresse à des formes plus étendues de cancers. Enfin, la radiothérapie qui peut être choisie pour traiter tous les types de cancers, seule ou en complément d'un autre traitement. En effet, la radiothérapie, qui permet d'éliminer les cellules cancéreuses avec des radiations de haute énergie, est destinée aux tumeurs limitées au thorax quand elles sont inopérables.

Malheureusement, les traitements actuels n'augmentent, au mieux, que de quelques mois la survie dans les cancers de stades avancés. Face aux difficultés thérapeutiques, le dépistage précoce des tumeurs, notamment chez les fumeurs, pourrait augmenter la proportion des cancers curables. De nouveaux outils permettraient d'atteindre cet objectif comme les nouvelles techniques d'imagerie, le scanner spiralé ou la recherche d'anticorps monoclonaux spécifiques des cellules tumorales dans les crachats. Dernièrement, des essais préliminaires ont montré des résultats encourageants. Cependant, le coût de ces techniques en limite les applications.

La lutte contre le tabagisme est donc le meilleur moyen de prévention. Il suffit donc d'arrêter de fumer pour éviter une éventuelle atteinte par cette pathologie…meurtrière.
------------------------------------------

Des données de base

Le cancer est une cause majeure de décès dans le monde. Sur un total de 58 millions de décès enregistrés au niveau mondial en 2005, 7,6 millions de ces derniers (soit 13%) étaient dus au cancer. A travers le monde, les types de cancers les plus fréquents sont chez l'homme (en fonction du nombre de décès au niveau mondial) : cancers du poumon, de l'estomac, du foie, du colon et rectum, de l'œsophage et de la prostate et chez la femme: cancers du sein, du poumon, de l'estomac, du colon et rectum et du col de l'utérus. Il est à rappeler que selon l'OMS, 40% des cas de cancers peuvent être évités.

Le tabagisme est la principale cause du cancer puisqu'il provoque des cancers du poumon, de la gorge, de la bouche, du pancréas, de la vessie, de l'estomac, du foie, du rein ainsi que d'autres types de cancers…
Et la fumée, présente dans l'atmosphère (tabagisme passif), est aussi une cause du cancer du poumon.



Par Mohamed Badrane | JOURNAL LE MATIN

_________________
Docteur My Ahmed IDRISSI  
Administrateur-fondateur du Forum
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rezoweb.com/forum/sante/myastheniagravi.shtml
 
Le cancer bronchique est le premier cancer chez l'homme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les liquides s'écoulant chez l'homme
» Cystite chez les enfants?
» Echolocation chez les humains
» Comme il l’a fait avec Zachée, Jésus s’invite lui-même chez tout homme perdu
» les marques de l'hypocrisie chez le musulman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MYASTHÉNIE ET PLUS  :: DES AMIS FACE À LA MYASTHÉNIE-
Sauter vers: